Accueil > TGBSF > D- > Dimension latino

Dimension latino

sur un nerf latino...

samedi 4 août 2007, par Maestro

Sylvie MILLER (1957-) (anthologiste)

France, 2007

Black Coat Press, collection Rivière blanche, 328 pages.

Avec Dimension Espagne, Sylvie Miller avait déjà accompli un brillant travail d’anthologiste. L’essai est transformé, et de bien belle manière, avec cette Dimension Latino. Car si la science-fiction espagnole est désormais mieux connue en France, grâce à un Juan Miguel Aguilera surtout, sa consoeur d’outre Atlantique ne l’est pratiquement pas. C’est donc à une quasi terra incognita que Sylvie Miller nous confronte, elle qui, non contente de sélectionner, traduire les quatorze textes et présenter leurs auteurs, se fend en plus d’un article exhaustif, « La SF latino : similarités et contrastes », très riche, et dont le seul reproche résiderait dans la non traduction des titres espagnols. Si tous les pays du continent ne sont pas pour autant représentés, l’Argentine, le Chili, la Colombie, Cuba et le Mexique ont répondu présent. La nouvelle la plus ancienne est « Gu Ta Gurrarak », de l’argentine Magdalena Moujan Otano : censurée en 1970 par la dictature franquiste, elle décrit sur un mode humoristique, et à travers une histoire de paradoxe temporel efficace à défaut d’être novatrice, le caractère particulier et tellement orgueilleux des Basques.

Mais la plupart des nouvelles sont moins vieilles et possèdent une noirceur plus en adéquation avec les préoccupations actuelles. Carlos Gardini, dans « Timbouctou », décrit ainsi les ravages des drogues et la violence qui imprègne désormais nos sociétés jusqu’à la moelle. Pablo Castro, avec « Reflets », préfère illustrer ce tabou toujours prégnant de la mort, en démontrant par le biais de la réalité virtuelle que toute tentative de l’enrayer ne peut que répéter les mêmes souffrances, à l’infini ; le même souligne également, dans « Exerion », par le biais d’un destin individuel foudroyé, la face sombre des réseaux informatiques. Avec « Comme des poissons dans la nasse », Rodrigo Jurri inverse le " problème" de l’immigration en provenance des pays pauvres, un procédé qui stimule fort à propos la réflexion. « Notre Jerry Garcia », de Gabriel Trujillo Munoz, en apparence touchante par sa nostalgie des années 60 et 70, possède une chute qui frappe, avec une ambiguïté qui célèbre tout de même une vision transcendante de l’humanité. Enfin, « L’impératrice », de Vladimir Hermandez, avec son récit de guerre impitoyable entre humains et extra terrestres insectoïdes, s’inscrit aussi dans cette problématique, au point d’ailleurs de pouvoir donner lieu à un véritable roman.

D’autres nouvelles sont plus imprégnées encore d’identité latino américaine. Si « Décombres » de Gabriel Trujillo Munoz et son humanité devenue troglodyte est un chant d’espoir, le trop court « Exercices filmiques » de Antonio Mora Velez flirte avec le réalisme magique, par son amusant mélange entre un appareil de vision à distance et une expédition spatiale... Quant à Roberto Lopez Moreno, dans « Le secret », il nous plonge, avec force érudition parfois ardue, dans un passé maya toujours présent. Le cubain Yoss, qui se nourrit aussi bien de SF anglo-saxonne que de celle de l’ancien bloc soviétique, offre une savoureuse critique de la situation de son pays dans « Les interférences », une histoire d’un téléviseur qui, par le plus grand des hasards, propose les programmes de l’avenir... Le même renouvelle le thème de l’invasion extra-terrestre avec le profond « Kaishaku », un des meilleurs textes de ce Dimension Latino. On restera par contre moins convaincu par « Le clown de porcelaine », de Luis Saavedra. Devant cet ouvrage incontournable, on se plaît à rêver à d’autres anthologies du même type, qui nous feraient découvrir la SF japonaise, indienne, africaine, arabe, et bien d’autres.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?