Accueil > CINECSTASY > W > WATCHMEN - LES GARDIENS

WATCHMEN - LES GARDIENS

dimanche 14 avril 2019, par Maestro

Zack SNYDER (1966-)

Etats-Unis, 2009

Jackie Earle Haley, Patrick Wilson, Malin Akerman, Billy Crudup, Matthew Goode, Jeffrey Dean Morgan

Incontestablement, le XXIe siècle est celui de l’apothéose des films de super-héros : l’inspiration dont ils ont su faire preuve la plupart du temps, que ce soit chez Marvel ou chez DC, autorise à parler d’une véritable acmé artistique qui se double d’un large succès commercial. Dans ce cadre, après le fiasco de La Ligue des gentlemen extraordinaires, le film Watchmen rend enfin justice au talent et à l’inventivité du scénariste Alan Moore, quand bien même ce dernier a renié cette adaptation, au point de ne pas figurer au générique.

L’action se déroule dans un 1985 uchronique, concrétisation des peurs paroxystiques de la guerre froide, puisque les Etats-Unis sont au bord d’un conflit nucléaire avec l’URSS. Dans cette réalité alternative, des super-héros plus symboliques que surpuissants, les Minutemen, s’étaient constitués dans les années 1940 afin de rendre la monnaie de sa pièce au crime. Leurs successeurs ont compté dans leurs rangs un véritable surhomme, le docteur Manhattan, grâce à qui les Etats-Unis ont pu remporter la guerre du Vietnam. Nixon a ainsi pu être réélu jusqu’en 1985, réprimer la contestation étudiante d’extrême gauche et instaurer un régime autoritaire, tout en mettant d’autorité les justiciers costumés à la retraite. En cette année de réchauffement de l’affrontement est-ouest, toutefois, un des Minutemen, surnommé le Comédien, est retrouvé assassiné au pied de son immeuble. L’occasion pour un des représentants de la seconde génération de se lancer dans une enquête afin de découvrir qui a bien pu vouloir se débarrasser de ce témoin d’un passé révolu.

Avec Watchmen, on découvre, dès le superbe générique hommage aux dessins des comics (des scènes quasiment immobiles jouées par des acteurs), des super-héros qui n’en sont pas, véritable réflexion sur cette mythologie moderne, sur le pouvoir des masques, de l’image. L’aspect sombre, dépressif, de ces anti-héros fait bien sûr beaucoup dans leur intérêt, tant ils apparaissent fragiles et friables, véritables incarnations d’anciens combattants abandonnés par leurs ex-employeurs, agents d’un impérialisme sur lequel ils portent désormais un regard plus critique, mais dont ils restent plus ou moins malgré eux le produit (le dénouement final est un exemple patent de machiavélisme où la fin justifie les moyens). La réalisation est dynamique, intelligente, prenante, faite d’allers-retours dans le temps, avec une utilisation pertinente des chansons sélectionnées. Ajoutons à cela une bonne dose de violence, des combats souvent percutants, une scène de sexe qui va assez loin (seule faute de goût, l’image trop caricaturale du jet de flamme final), et l’on aura compris que le film parvient presque constamment (la séquence du sauvetage de l’immeuble en feu afin de reprendre confiance en soi frise par trop le moralement correct) à garder une ligne directrice solide. Seule la fin, en dépit de surprises certaines, peine à convaincre quant à la réconciliation improbable et particulièrement rapide entre les deux ennemis d’hier.

Parmi les personnages mis en scène, les plus charismatiques sont assurément Rosrach, super-héros instable psychologiquement (sic), au masque changeant et aux répliques d’un noirâtre presque gluant, et le docteur Manhattan, métaphore de la technoscience, aux mobiles dissimulés derrière une façade d’impassibilité. Watchmen se situe ainsi à la croisée de Dick Tracy, Philip K. Dick, le polar et Sin City, en offrant une vue en coupe de la face sombre des Etats-Unis, et plus largement une réflexion relativement pessimiste et désabusée, volontiers métaphysique, de la condition humaine.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?