Accueil > TGBSF > Q- > Quinze minutes

Quinze minutes

samedi 2 janvier 2010, par von Bek

Charles DICKINSON (1951-)

Etats-Unis, 2003, A Shortcut in Time

Le titre, le quatrième de couverture de cette deuxième édition française de Quinze minutes font tout un foin des quinze minutes de retard de la montre de Josh Winkler et d’une jeune fille disparue mystérieusement à la recherche de laquelle il part, convaincu d’avoir voyagé dans le temps. C’est bien, c’est appétissant mais cela ne correspond que très partiellement au contenu du livre de Charles Dickinson.

Oh, il y a bien une histoire de voyage dans le temps et une jeune fille. Le héros s’appelle bien Josh Winkler. Il habite Euclid Hights, Illinois et tente vainement de vendre ces oeuvres d’art pour

JPEG - 3.7 ko
1ère édition française chez Joëlle Losfeld

contribuer à la vie de sa petite famille dont le revenu dépend seulement du cabinet médical de sa femme Flo. A deux reprises, alors qu’il se déplace dans les parallées, ces traboules locales qui transgressent le plan très géométrique de la ville, Josh recule d’un quart d’heure dans le temps pour une raison inconnue. Mais c’est la rencontre avec Constance Morceau, une jeune fille que l’assistance publique vient de recueillir et qu’elle prend pour une orpheline, qui entraîne Josh dans son histoire de voyage temporel au grand dam de son épouse et de sa fille Penny : Constance affirme venir de 1908 et aimerait bien y retourner. Josh va l’y aider mais sa femme a peut-être raison quand elle lui dit que ce n’est pas une bonne idée...

Autrement dit le petit frère du Chapelier fou, qui exerce le métier de traducteur de titre, et son copain le rédacteur de quatrième-de-couverture-de-livres-pas-lus ont encore frappé. Crime suprême, l’œuvre du premier évince la discrète allusion aux parallées et la légère poésie du titre original pour y placer une basse évocation numérique digne de la montre du lapin blanc d’Alice.

Il est quand même un point sur lequel le quatrième de couverture ne se trompe point. Quinze minutes est un roman plein de finesse. L’auteur, quoique n’étant pas un auteur du genre, maîtrise son récit, même s’il n’en livre pas tous les tenants en définitive. Sans doute sont-ce ces derniers éléments qui explique que Quinze minutes fasse penser à l’excellent Replay de Kim Grinwood.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?