Accueil > TGBSF > N- > Le nom du vent

Le nom du vent

samedi 15 août 2009, par von Bek

Patrick ROTHFUSS (1973-)

Etats-Unis, 2007, The Name of the Wind

Bragelonne, 2009, 782 p.

ISBN : 978-2-35294-283-2

Les milieux qui s’autorisent à penser dans le microcosme de la SF [1], ont une dent contre les éditions Bragelonne un peu envahissantes sur les étalages des librairies et grandes surfaces. D’autant qu’une partie non négligeable de la production de cette maison est de la Fantasy. Il faut quand même reconnaître que tout n’est pas à jeter dans ce genre et parmi les publications de Bragelonne. C’est le cas du Nom du vent.

Avec l’aide de son assistant Bast, Kote tient une auberge dans un village d’autant plus paumé que l’époque n’est guère au voyage, les chemins étant fréquentés par des voleurs et des démons. Néanmoins la fréquentation des habitués du cru qui viennent écouter de belles histoires tous les soirs suffit à l’aubergiste qui aspire à faire oublier son passé. C’est peine perdu car débarque un soir un chroniqueur chevronné, déjà auteur de plusieurs ouvrages dont un sur la reproduction des dragons, qui trouve en Kote celui qu’il était venu chercher : Kvothe, le héros, le baladin, le tueur de roi, le magicien, le tueur de dragon. En dépit de la douleur des souvenirs, Kote l’aubergiste accepte de raconter la vie de Kvothe le héros à la seule condition que le scribouillard consacre trois journées à l’écouter. Le nom du vent est la première de ces journées et Kvothe raconte comment, fils d’artistes itinérants, il est devenu encore enfant mendiant dans la ville de Tarbean puis étudiant à l’Université pour retrouver les Chandrians et apprendre le nom du vent.

Patrick Rothfuss a mis quatorze ans pour écrire Le nom du vent et, à l’image de la saga du Trône de fer de George Martin, le lecteur qui aurait été pris par le récit peut craindre de n’en jamais lire la suite. Or, cela risque bien d’arriver car il faut reconnaître à l’auteur un talent de narrateur assez exceptionnel : aux ficelles de la narration qui permettent d’entretenir le suspens, il ajoute un réel don de conteur, un style aussi clair que celui de notre Pierre Bordage national.

Dire que Le nom du vent est différent des autres romans de fantasy serait mentir sans aucun doute car le genre tend à se définir justement par des éléments dont la combinaison ne permet pas toujours une très grande originalité : magie, quête, monstres (dragons ou/et démons...), épée (pas encore trop présente dans ce premier volume), amour (très fleur bleue). Ce premier volume est tout ça.

L’auteur - rôliste patenté - a semble-t-il consacré un temps considérable à la création du monde, le dotant d’une mythologie qui joue apparemment un grand rôle dans l’histoire de Kvothe. A la lecture de la version française de son livre, il est possible que l’on ne s’en rende pas compte et le lecteur averti risque de relever quelques fautes (très rares cependant) comme les récoltes de céréales en automne alors que le sol gêle, l’utilisation des kilomètres comme mesure de distance alors qu’il a pris la peine de créer un calendrier différent pour la mesure du temps, et, une fois dans le roman, l’utilisation d’un prénom pour un autre.

Le venin étant craché, autant dire que cela ne gâche aucunement la lecture du Nom du vent. La seule chose qui y parvient est la page 783 qui n’existe pas puisque le roman s’achève p.782. Le livre se dévore donc littéralement.

Si jamais cet avis ne vous aurait pas convaincu de lire ce livre, prenez le temps d’écouter ICI son éditeur français, Stéphane Marsan. Certes on ne peut attendre moins de quelqu’un qui veut vendre sa marchandise que des éloges. Ces dernières sont dithyrambiques mais surtout elles ont le ton de la sincérité !


[1Pour ma part je ne fais pas partie de ces milieux mais je m’autorise à penser ou du moins je fais semblant de penser.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?