Accueil > CINECSTASY > H > HORS DU TEMPS

HORS DU TEMPS

samedi 6 février 2010, par Maestro

Jean-Teddy FILIPPE

France, 2009

Avec Natacha Lindinger, Bruno Todeschini, Philippe Duclos.

Les téléfilms de science-fiction faisant preuve d’ambition sont loin d’être légions, aussi celui-ci, diffusé en fin d’année 2009 sur la chaîne Arte, a de quoi nous rendre optimiste pour l’avenir…

Hors du temps -à ne pas confondre avec l’adaptation cinématographique du roman Le temps n’est rien - s’inscrit en effet dans le créneau des histoires de paradoxes temporels, illustré sur grand écran par les illustres Je t’aime je t’aime, Un jour sans fin ou L’armée des douze singes. Tout débute par une expérience menée par des scientifiques du laboratoire Veni Vici sur un singe, visant à lui injecter un sérum afin de l’ouvrir à une réalité quantique, une expérience entretenant des points communs avec celle, fameuse, du chat de Schrödinger. Parallèlement, un couple de cette équipe, rentrant chez lui, est confronté au décès de son bébé suite à une poussée de fièvre. Six ans plus tard, en 2015, Hélène Porter, la maman traumatisée, se rend sur la base Quark, un lieu confiné devenu le champ d’action de cette expérimentation sur les univers quantiques. Très vite, elle est confrontée à la vision d’une mystérieuse jeune femme, dans une atmosphère en huis clos qui n’est pas sans évoquer celle de Solaris. Elle se rend finalement compte qu’elle est prise dans une boucle temporelle, dont elle va s’efforcer de sortir en compagnie de son ancien mari.

Le téléfilm est bien réalisé, avec une mise en scène soignée et habile ; les effets spéciaux sont modérés, convenant fort bien à une anticipation rapprochée ici subtilement rendue… et à un budget télévisé limité. Le jeu des acteurs sonne juste, et on se laisse globalement prendre à cette histoire déstructurée pour le moins énigmatique. C’est d’ailleurs là également la faiblesse de Hors du temps. Cette évocation du traumatisme profond que représente la perte d’un enfant et du désir que cela crée de vouloir rattraper le temps est en effet lestée par un propos de hard science tout sauf digeste, voire carrément gratuit. Univers parallèles quantiques, « virus cérébral » provoquant la mise en commun des souvenirs affectifs de tous, boucle temporelle à l’origine quelque peu opaque, il y a là de quoi rebuter les moins férus de SF. Sans compter des éléments inexpliqués (quelle est la motivation du chef de l’équipe qui lance l’expérience tournant mal ? Une simple quête d’immortalité pour le moins stérile ? Et pourquoi ne parvient-il pas à briser la boucle, ce qu’arrive à faire Hélène Porter, sans doute moins douée que lui ?).

Bref, on peut se réjouir de voir des téléfilms de cette nature mis en chantier, mais à condition qu’ils développent un peu plus leur dimension vulgarisatrice. Ne boudons pas pour autant notre plaisir, pour une fois où notre critique ne va pas à l’indigence du scénario !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?