Accueil > TGBSF > B- > Barrière mentale et autres intelligences

Barrière mentale et autres intelligences

samedi 6 juillet 2013, par von Bek

Poul ANDERSON (1926-2001)

Etats-Unis, 1951-1958

Le Belial’, 2013, 300 p.

Je ne m’en suis pas rendu compte immédiatement, et, pour dire vrai, pas même à la fin de l’histoire. C’est seulement en enregistrant Barrière mentale et autres intelligences dans mon cahier de lecture que j’ai réalisé que j’avais déjà lu le premier de ces récits. Comme quoi garder trace de ce que je lis sert en partie à quelque chose, même si j’ai maintenant des doutes puisque j’ai relu un livre sans le savoir. Ce qui est inquiétant et en dit long sur Barrière mentale, c’est que cela ne m’a absolument pas frappé auparavant !

Certes, cette version a fait l’objet, par les soins de Pierre-Paul Durastanti, d’une révision de la traduction de Dorémieux de 1974 publiée au Masque. Pas une mauvaise chose car il paraît que les traductions de Dorémieux n’étaient pas toujours des plus fidèles, monsieur n’hésitant pas à mettre le récit à sa sauce quand cela lui plaisait. Comme je ne me souviens absolument pas de la première édition, cela ne m’a pas fait de mal de relire ce 1er roman d’Anderson.

Seulement je risque de ne pas en garder non plus un souvenir impérisable. Pourtant, le ressort a de quoi être séduisant : brutalement, du jour au lendemain, l’humanité se retrouve plus intelligente et le phénomène s’accroit jusqu’au point qu’un génie d’avant figurerait parmi les petits QI après le changement. Un simple d’esprit comme Archie Brock, ouvrier agricole pour le compte du milliardaire Rossmann, développe ainsi une intelligence plus que satisfaisante, mais c’est aussi le cas de Peter Corinth, physicien de talent, de son épouse, simple ménagère, ou de leurs amis syndicalistes, biologistes ou autres. De tout le monde en fait, y compris des animaux, ce qui n’est pas sans poser de problème dans les fermes. Il apparaît aux savants que ce changement est en réalité un retour à la normale, la Terre venant de sortir d’une zone de turbulences électro-magnétique qui ralentissait les neurones au bout de plusieurs millénaires. Si une humanité peuplée de génies a des potentialités énormes - une première expédition spatiale est lancée peu après -, elle présente aussi de graves inaptitude à mener sa vie d’avant : peu de génies acceptent de se contenter de conduire des taxis par exemple.

L’idée est... géniale, mais peut-être fallait-il plus de génie ou d’expérience que le "jeune" Poul Anderson n’en disposait alors pour l’exploiter au mieux (cela dit je n’aurais pas fait mieux mais sans doute beaucoup moins bien). Outre deux ou trois passages complètement inutiles (l’évocation de la guerre civile en URSS par exemple qui ne sert qu’à prouver un anti-communisme de bon aloi chez l’auteur), le récit consiste surtout en un mur de lamentations réciproques chez Peter Corinth et sa femme Sheila, cette dernière ne parvenant pas à s’adapter à ses nouvelles aptitudes, son mari ne cessant de se désoler de la voir sombrer dans la dépression, alors que lui part pour les étoiles ou se découvre de nouvelles inclinaisons y compris féminines. A l’exception de deux passages qui restituent les conceptions de l’auteur sur la place de l’individu dans l’humanité, avec une certaine passion, Barrière mentale est assez plat, même si Poul Anderson montre que l’intelligence n’est pas seulement une question de QI. Il est aussi possible, que n’étant pas sorti pour ma part de la zone électro-magnétique, je n’ai pas la capacité intellectuelle d’en apprécier toute la saveur. Pas besoin d’être un génie cependant pour comprendre que s’y retrouvent déjà des thèmes chers à l’auteur sur la capacité de l’homme à progresser et sur la nécessité de laisser à chacun la liberté de le faire à son rythme et selon sa propre voie [1].

J’avais aussi déjà lu la nouvelle « Technique de survie » dans Histoires à rebours et je ne comprends pas pourquoi je ne l’avais pas davantage évoquée alors. Pourtant je m’en souvenais, quoiqu’ayant oublié son titre, et je la trouve épatante. Composé d’échanges épistolaires, elle évoque un voyage temporel mené par une Université et qui a mal tourné : les trois explorateurs du XXe siècle partis dans la Rome antique sont remplacés au XXe siècle par trois romains pour des raisons de conservation de la masse. Evidemment les plus prêts à vivre un choc culturel ne sont pas ceux que l’on pense.

Le récit qui clôt le volume, « Terrien, prends garde ! », ne m’avait pas particulièrement emballé dans Le Barde du futur. Elle est pourtant émouvante cette histoire d’extraterrestre échoué tout petit sur la planète Terre et recueilli par les Terriens. L’un comme les autres ignorent tout de sa condition, mais il la découvre parce qu’il est très différent, d’une intelligence ô combien supérieure.

En fait le seul récit que je n’avais jamais lu, c’est la savoureuse nouvelle « Les Arriérés », déjà parue dans Histoire d’envahisseurs, dans laquelle il apparaît qu’il n’est dit nulle part qu’il faille être un génie pour explorer l’espace, vu les gogos qui débarquent sur Terre. Je n’en dis pas plus, c’est un petit chef d’œuvre qui trahit quand même la certitude de Poul Anderson de la supériorité du monothéisme chrétien.

Sans aucun inédit et avec comme pièce centrale un roman que je qualifierais de moyen, on peut s’interroger sur la pertinence de cette édition. En fait les textes choisis forment un ensemble très cohérent (pas étonnant quand même, vu que les types du Bélial sont loin d’être les premiers venus) et l’article final, de deux chercheurs en sciences cognitives et neurosciences, est un petit chef d’oeuvre de vulgarisation et de synthèse. Il ajoute une plus-value sensible à ce Barrière mentale et autres intelligences.


[1Cf. notamment la visite d’Archie Brock dans un magasin (p.100 à 103) et surtout la diatribe de Mandelbaum (p.215 à 219).

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?