Accueil > TGBSF > M- > Madame Atomos sème la tempête

Madame Atomos sème la tempête

La Saga de Mme Atomos - 7

samedi 14 septembre 2013, par Maestro

Michel STEPHAN

France, 2013

Black Coat Press, coll. "Rivière blanche", 224 p.

ISBN : 978-1-61227-212-2

La Saga de Madame Atomos avait jusqu’à présent fait l’objet de six copieux volumes chez Rivière blanche, reprenant l’intégralité des épisodes de cette série parue initialement entre 1964 et 1970. André Caroff avait prolongé son œuvre en 2008 avec un récit inédit, mais sa mort en 2009 a mis fin à d’éventuels nouveaux prolongements. C’est donc une excellente idée que de permettre à d’autres auteurs d’apporter leur pierre à cette saga, le meilleur hommage à lui rendre.

Michel Stéphan, ayant déjà fait ses armes au sein des Compagnons de l’ombre, a d’ailleurs choisi de s’inspirer d’un titre d’André Caroff lui-même (Madame Atomos sème la terreur, roman de 1965 et second de la série) et de le placer au moment même où André Caroff cessait la publication des aventures de la diabolique japonaise… On retrouve donc Smith Beffort, l’ennemi juré de la scientifique nipponne, de passage en Californie pour quelques jours de vacances et de ressourcement. Hébergé chez son frère Alan, il est surtout confronté à des phénomènes inquiétants révélés par son neveu Danny, sergent dans la police de Los Angeles. Des communautés du désert Mojave se livreraient en effet à des rites sataniques, seraient embrigadées par de mystérieux gourous, et des désintégrateurs de Madame Atomos auraient même permis l’assassinat d’un officier des forces de l’ordre. Beffort est donc amené à mener sa propre enquête, dans le même temps où son neveu est envoyé en mission d’infiltration dans une de ces communautés. Alors que la situation devient de plus en plus tendue, Lori, la petite amie de Danny, joue un jeu difficile à cerner avec Beffort, qui la soupçonne d’être davantage que ce qu’elle déclare…

Ce court roman, d’une lecture fluide et prenante, avec quelques rebondissements bien sentis et un plan machiavélique à souhait, vaut avant tout par son thème : quelle bonne idée, en effet, de traiter de la contre-culture et d’en faire un moyen pour Madame Atomos de dresser une partie de la société contre l’autre afin d’en tirer avantage ! Certes, le propos aurait gagné à être approfondi, et le roman à être plus développé, mais on apprécie l’utilisation des propos de Charles Manson, présent en personne, sur le peuple souterrain du désert, ainsi que les mythes du complot faisant de Madame Atomos une justification des dépenses militaires étatsuniennes…

Ce septième volet de La Saga de Madame Atomos est complété par trois nouvelles, reprises des Compagnons de l’ombre, toutes signées de Michel Stéphan. « Une écharpe de soie rouge… » (Les Compagnons de l’ombre 5) expose la relation aussi improbable que vénéneuse ayant brièvement existé entre Madame Atomos et Harry Dickson ; « La Maîtresse du Haut Château->2092 » (Les Compagnons de l’ombre 10) part d’une bonne idée, celle de la confrontation entre Philip K. Dick (qui est d’ailleurs cité dans Madame Atomos sème la tempête), et la japonaise, mais elle est à la fois trop brève et allusive ; le meilleur des trois textes est assurément « Avec les compliments de Nestor ! » (Les Compagnons de l’ombre 8), qui voit Nestor Burma confronté à l’organisation de Madame Atomos, avec un humour particulièrement efficace et un final frappant. Une chronologie des aventures de Madame Atomos réalisée par Jean-Marc Lofficier complète utilement cette plaisante parution.


Pour commander Madame Atomos sème la tempête suivez le lien vers les éditions Black Coat Press !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?