Accueil > TGBSF > A- > Anti-glace

Anti-glace

samedi 6 juin 2015, par Maestro

Stephen BAXTER (1957-)

Grande-Bretagne, 1993, Anti-Ice

Le Bélial’, 2014, 270 p.

Le Bélial’ poursuit son travail de découverte des premières œuvres de Stephen Baxter, désormais géant de la science-fiction mondiale, puisqu’après une partie du cycle des Xeelee (Gravité, Singularité, Flux et Accrétion, en attendant le recueil de nouvelles Diagrammes du vide), voici un roman steampunk, que l’on peut en partie rapprocher des Vaisseaux du temps, en attendant peut-être à l’avenir les uchronies plus récentes de la trilogie dite « Northland », étonnamment boudées par les autres éditeurs…

Anti-Glace, roman indépendant, est un bel hommage aux auteurs de la première science-fiction contemporaine, en particulier Jules Verne et H.G. Wells, voire Edgar Allan Poe. Le point de divergence de cet univers alternatif prend place au début du XVIIIe siècle, lorsqu’un astre venu d’on ne sait où, et baptisé la Petite Lune, se mit en orbite autour du globe, non sans avoir auparavant laissé chuter sur Terre une partie de lui-même. C’est la découverte de cet aérolithe, tout entier composé d’anti-matière, par les Britanniques, qui permet à l’empire de dominer encore plus franchement le monde. L’utilisation de cette anti-glace, qui s’apparente à une source d’énergie pour le moins explosive (l’introduction du roman évoque son usage comme arme de guerre lors de la guerre de Crimée, ses ravages étant similaires à ceux de la bombe atomique à Hiroshima), accentue les transformations de la révolution industrielle. Ainsi, en 1870, alors que la capitale est passée de Londres à Manchester, et que Victoria a abdiqué en faveur de son fils Edouard, des lignes de monorails permettent de franchir la Manche… L’intrigue se concentre sur Ned, jeune membre du corps diplomatique de sa majesté, et Holden, un journaliste qui l’accompagne dans ses pérégrinations. Tous deux partent assister à l’inauguration du premier paquebot terrestre, le Prince Albert, Ned étant de surcroît amouraché d’une jeune Française rebelle. Par le hasard des circonstances, ils se retrouvent captifs de l’appareil du génial Sir Josiah Traveller, le Phaéton, un obus capable de se mouvoir dans les airs, et qui va les amener jusqu’à la Lune…

Il y a, dans Anti-Glace, un indubitable parfum rétro qui ravira les nostalgiques des ambiances victoriennes so british, avec quelques jolies trouvailles : le Prince Albert est un de ces artéfacts frappants, digne de l’araignée métallique du film Wild Wild West (un des seuls intérêts du long-métrage, d’ailleurs), tandis que les formes de vie lunaires s’avèrent particulièrement originales, pouvant éventuellement évoquer une parenté avec les ferromagnétaux de Rosny aîné, si tant est que Stephen Baxter ait été amené à en lire… Il est également assez étonnant -et agréable- de découvrir un plaidoyer pour un certain anarchisme, celui de Proudhon principalement, même si cela se fait au profit d’une lecture aristocratique, et en déformant les positions d’un Bakounine. Néanmoins, en dépit de ces sympathiques moments, Anti-Glace demeure une lecture certes agréable, mais qui laisse en partie sur sa faim. L’univers décrit n’est pas suffisamment exploité, les développements scientifiques, très réalistes et contemporains, dénotent quelque peu dans une prose volontiers rétro, affectant le rythme de l’ensemble. Le déroulement chronologique, étonnamment, demeure très (trop ?) proche de notre trame historique, avec une guerre de 1870 similaire et une Première Guerre mondiale qui s’annonce… L’accélération du progrès telle qu’elle nous est présentée conduit en tout cas, on l’a compris, à une prise de conscience précoce des ravages dû aux armes modernes, dont sont essentiellement accusés les politiciens et les industriels (la figure du savant, incarnée par Traveller, évoque davantage celle d’un Einstein ou d’un Oppenheimer, participant de l’effort de guerre national, mais faisant également preuve d’un indéniable éveil critique).

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?