Accueil > TGBSF > H- > Humanité stade terminal

Humanité stade terminal

samedi 9 août 2014, par Maestro

Pierre FARLAN

France, 2014

Black Coat Press, Rivière Blanche, 302 p.

ISBN : 978-1-61227-321-3

Humanité, stade terminal, premier livre de Pierre Farlan chez Rivière blanche, s’inscrit directement dans la lignée des romans de Julia Verlanger publiés au Fleuve noir, et récemment repris chez Bragelonne (L’Autoroute sauvage). Dans un genre proche, Laurent Whale s’était d’ailleurs déjà fait remarquer avec l’excellent Les Etoiles s’en balancent, au parler plus populaire.

Ici, l’histoire suit un couple de quarantenaires, Léa, juriste de son état, et Jas, policier ; le roman dénote d’ailleurs une réelle connaissance de ce milieu, au point de se demander si Pierre Farlan n’en a pas une expérience professionnelle directe… Devant retrouver des amis à Paris, dans un restaurant japonais, le couple s’absente juste pour aller aux toilettes, situés dans un profond sous-sol, mais la remontée en surface coïncide avec une découverte macabre : tous les occupants du restaurant sont passés à l’état de squelettes largement décomposés. Plus, cette catastrophe semble avoir touché toute la métropole, sinon le monde entier… Dès lors, Léa et Jas vont s’efforcer de survivre à cette fin du monde, s’armant, retrouvant d’autres survivants, et faisant le choix d’aller dans le sud de la France afin de découvrir ce qui est arrivé à leurs familles respectives. Jas, en particulier, est hanté par le sort de son fils, Luc, un adolescent qui était ce jour-là en visite au CERN de Genève. Les seuls humains ayant survécu à cette incompréhensible catastrophe sont en effet ceux qui étaient à une profondeur suffisante dans le sol.

De prime abord, Humanité, stade terminal est un roman post-apocalyptique classique, dont le point de départ se place dans la lignée des livres de M. P. Shiel (Le Nuage pourpre) et A. S. Neill (Le Nuage vert). Pierre Farlan s’amuse d’ailleurs à émailler son histoire de clins d’œil à la culture science-fictive, avec des allusions à La Route (le film plus que le livre), Demain les chiens ou Le Facteur de David Brin. La prose est fluide, prenante et efficace, n’abusant pas de l’action gratuite, mais sachant faire preuve d’un réalisme certain. Surtout, Humanité, stade terminal se distingue radicalement de ces fins du monde avec zombies qui sont quasiment devenues une tarte à la crème du genre. Plus notable encore, Pierre Farlan ne met pas en scène des survivants isolés, hostiles les uns aux autres, et qui n’ont qu’une seule envie, massacrer leurs semblables devenus pourtant si rares. Non, tout au contraire, il postule une empathie et une solidarité autrement plus franches, les rescapés de la catastrophe s’épaulant les uns les autres, y compris lorsqu’ils sont d’origine nationale différente. Face à un individualisme guerrier volontiers (ultra) droitier, Pierre Farlan met en scène un positionnement plus à gauche.

D’autant que Jas, le narrateur, ne manque pas d’épingler les limites de la société numérique qui vient si rapidement d’être rayée de la carte. S’il regrette la disparition d’internet, il se félicite de celle des portables, de la télévision et autres sources d’aliénation voire d’autisme, constate la résolution drastique de la crise climatique et écologique, et prend cette fin d’un monde comme une chance permettant de construire une nouvelle société : des communes à taille humaine, pratiquant la culture autosuffisante, et sachant s’approprier les techniques mises en œuvre (Jas souligne à raison le fossé croissant séparant les individus et la nature des technologies qu’ils utilisent sans les comprendre).

Les révélations sur l’origine de la catastrophe planétaire (qui ne sont pas sans évoquer un thème classique de la science-fiction, décliné en particulier dans Le Jour où la Terre s’arrêta), ainsi que le sort des différentes communautés de survivants, semblent appeler une future suite que l’on suivra avec intérêt.


Pour commander Humanité stade terminal suivez le lien vers les éditions Black Coat Press !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?