Accueil > TGBSF > I- > Notre île sombre

Notre île sombre

Qui sème la haine récolte la haine

samedi 11 avril 2015, par von Bek

Christopher PRIEST (1943-)

Grande-Bretagne, 2011, Fugue for a Darkening Island

Denoël, coll. "Lune d’encre", 2014, 208 p.

Le quatrième de couverture de ce livre contient au moins une vérité et un mensonge. La vérité est que Notre île sombre - on remarquera que sombre peut aussi bien être adjectif que verbe - est la réécriture d’un livre initialement paru en 1971 et traduit en français sous le titre Le Rat blanc. Le mensonge est que ce n’est absolument pas une critique de l’arrogance des pays du Nord envers ceux du sud.

Alan Whitman, professeur, sillonne avec sa femme et sa fille les routes d’une Angleterre livrée à l’anarchie et la guerre civile consécutive à l’immigration massive d’Africains fuyant leur continent mourant et aux mesures prises par un parti xénophobe nouvellement arrivée au pouvoir. Entrecoupant son récit de retours en arrière, Whitman évoque sa vie antérieure, surtout ses nombreuses aventures sexuelles, manière sans doute d’accentuer le contraste entre le plaisir insouciant et les dangers actuels qui mettent l’un comme l’autre son mariage en péril.

La réception du livre en France, en 1977, avait été très mitigée si l’on en juge par la chronique toujours en ligne sur la page noosfere. Sans doute à cette époque, le lectorat français n’avait pas bien perçu ce que pouvait avoir de visionnaire le roman de Priest, non pas l’immigration massive, déjà au coeur du Camp des saints de Jean Raspail (1973) avec un message très différent, mais dans les conséquences que pourrait avoir la traduction électorale de la montée de la xénophobie. Car ce que dénonce Priest c’est bien la haine institutionnalisée, la haine qui n’a pas même pas besoin du paroxysme horrible du nazisme, mais simplement de la paranoïa du nationalisme, la haine porteuse de guerre civile. A une époque où, dans de nombreux pays européens, cette haine fait les affaires de partis populistes, relire Notre île sombre me semble de bon aloi pour rappeler comment la haine nourrit la haine. Nous serons les propres fossoyeurs de nos pays mais pas comme l’imaginent ces partis.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?