Accueil > TGBSF > G- > La Grande route du Nord

La Grande route du Nord

samedi 4 juillet 2015, par von Bek

Peter F. HAMILTON (1960-)

Grande Bretagne, 2012, Great North Road

Les premières pas sur cette grande route du nord déconcertent un peu : une chronologie traversant tout le XXIe siècle apprend au lecteur que l’humanité a développé le clonage humain et le voyage interplanétaire par des portails, ouvrant ainsi des planètes entières à la colonisation sur des initiatives aussi bien publique que privée et que le Zanth, une étrange menace, voire mélasse, extra-terrestre pèse sur ces colonies. Parmi ces planètes figure St Libra dans le système de Sirius, planète géante que la famille North, issue de trois clones (A, B et C) d’un magnat blessé de guerre, a ouvert à la colonisation et à la production de biocarburant qui alimente la Grande Europe via le portail situé à Newcastle. Bref, autant d’infos, d’habitude distillées au grès des pages, sont ici résumées en quelques unes. Difficile de ne pas se demander pourquoi une ouverture aussi fournie tandis que s’ouvre le récit sur la découverte du cadavre d’un clone North 2 (pour 2e génération) repêché dans la Tyne et assassiné selon le même mode opératoire que son père vingt ans auparavant sur St Libra. Pour l’inspecteur Hurst de la police de Newcastle, l’affaire s’annonce aussi compliquée qu’elle est sensible à cause de l’identité pas très bien établie de la victime, car Angela Tramelo, coupable désignée du premier meurtre, croupit en prison en dépit du fait qu’elle accuse un extra-terrestre, chose difficile à croire car seule la vie végétale existe sur St-Libra. Le nouveau meurtre remet tout à plat. Pour l’Alliance pour la Défense de l’humanité, il semble désormais clair qu’une menace extraterrestre pèse sur les Hommes, reste à savoir si elle est en lien avec le Zanth. Tandis que Hurst enquête à Newcastle, l’ADH sort de sa geôle la meurtrière plus si présumée pour monter une expédition afin de découvrir si oui ou non St-Libra abrite une autre forme de vie. Enquête et expédition s’enlisent...

... le lecteur aussi. Certes, le récit ne se contente pas de mettre en scène une investigation rendue fastidieuse par un examen exhaustif des vidéo-surveillances (tome 1) ou une expédition qui se fait décimer (tome 2). Par flash back il revient sur les passés mystérieux d’Angela Tramelo et d’autres, ce qui permet d’expliquer la présence de la chronologie d’ouverture. Il y a bel et bien une débauche de créativité dans La Grande route du Nord : maillage urbain de connexion, vaisseau luminique s’ajoutent à ce qui a déjà été évoqué. Mais tout cela pour quoi ? Pour une double impression de déjà-vu quant à l’extraterrestre effectivement coupable qui évoque furieusement Predator ? Pour une morale éculée, maintes fois répétée ? Pour une menace quasiment inutile dans le schéma d’ensemble et qui au final reste mystérieuse si Peter Hamilton ne donne pas d’autres histoires dans le même univers ?

Je n’avais jamais lu de Peter Hamilton et je pensais que la lecteur d’un roman isolé constituerait une bonne introduction. Cruelle erreur car je vais hésiter maintenant à en lire d’autres aussi long.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?