Accueil > TGBSF > 1 > 1633 & 1634 : The Baltic War

1633 & 1634 : The Baltic War

dimanche 24 septembre 2017, par von Bek

Eric FLINT (1947-) & David WEBER (1952-)

Etats-Unis, 2002-2007

1633 est indubitablement la suite de 1632, même si le lecteur gagnerait à lire d’abord le premier volume des anthologies The Ring of Fire. Avec ce dernier, il constitue certes le point de départ de ramifications en 1634, mais c’est dans 1634 The Baltic War que le lecteur trouvera la conclusion de 1633. Les deux livres se suivent tellement que, n’eussent été les cinq années qui séparent leurs publications et entre lesquelles s’immiscent 1634 The Ram Rebellion et 1634 The Galileo Affair, ils auraient pu ne former qu’un seul volume, même si cet espacement a sans aucun doute conduit à ce que des pistes lancées dans 1633 divergent dans The Baltic War.

Au début du premier roman, le lecteur voit échouer des ambassades grantvilloises vers la France et l’Angleterre. Alors que la dernière de ses missions diplomatiques se retrouve « hébergée » à la Tour de Londres pour sa protection, et assiste à l’arrivée d’ Oliver Cromwell, arrêté préventivement par le nouveau ministre de Charles Ier, Thomas Wentworth, lui-même prématurément élevé comte de Strafford, la première voit décliner ses propositions de paix par un Richelieu, fermement décidé à empêcher l’évolution émancipatrice préfigurée par l’irruption étatsunienne dans l’Europe de l’époque, et à faire profiter la France des connaissances acquises, même au prix d’un brutal renversement d’alliance aux dépens des Provinces Unies. Fort heureusement, la technologie future aidant, la Confédération des Principautés d’Europe (CPE) sous l’égide de Gustave Adolphe se prépare à résister à une offensive navale dans la Baltique, avant de contre-attaquer dans The Baltic War.

Tous ceux que la logistique déployée par les Américains dans 1632 auraient laissé dubitatifs risquent bien d’être très sceptiques devant les moyens techniques utilisés dans cette suite.Dans 1632 Une M60 taillant en pièce un tercio posait la question des munitions, alors quels problèmes techniques et quelles réserves matérielles posent la construction de navires cuirassés, d’avions ou l’utilisation de la radio ? Certaines réponses à ses questions sont apportées dans le roman lui-même, mais la lecture de la Grantville Gazette montre la réflexion qui accompagne l’essor de la série. Tout est cependant loin d’être expliqué et leurs avions m’ont semblé beaucoup trop efficace et beaucoup trop vite. Par ailleurs et finalement, les navires cuirassés ne jouent pas le rôle que semblaient faire croire certains chapitres de la première moitié du livre et le recours à des hors-bords tient un peu de la facilité narrative [1].

Par ailleurs, dans 1633, la quasi-totalité des batailles et des combats est navale, ce qui n’ôte rien de leur caractère épique et à leur diversité : affrontement contre des pirates, opérations commandos contres des navires, batailles navales de Dunkerque ou de Wismar. Comme les belligérants sont surtout des puissances terrestres - la première marine de l’époque est hollandaise -, le lecteur aurait pu s’attendre à de grands chocs terrestres qui au final n’ont pas lieu. 1634 The Baltic War en voit quelques uns, mais loin de ce que l’entrevue entre Richelieu et Turenne laissait... entrevoir. Sans doute qu’entre 2002 et 2007, Eric Flint et David Weber ont revu leurs plans pour laisser de la place à d’autres suites. A quoi serviraient sinon les chapitres mettant en scène Bernard de Saxe-Weimar dans 1634 ?

Toujours est-il que, avec la nouvelle « In the Navy » parue dans Ring of Fire, ces deux romans constituent encore à ce jour l’ensemble de la participation de David Weber au projet 1632. Les lectures futures diront si l’absence de ce grand spécialiste de la science-fiction militaire manque ou pas.


[1Ce dont les auteurs ont conscience car ils montent certains traits humoristiques sur la présence d’un puissant hors-bord en pleine Virginie occidentale.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?