Accueil > CINECSTASY > P > PLANETE HURLANTE 2

PLANETE HURLANTE 2

dimanche 24 septembre 2017, par Maestro

Sheldon WILSON

Etats-Unis / Canada, 2009, Screamers : The Hunting

Avec Gina Holden, Jana Pallaske, Greg Bryk, Stephen Amell, Lance Henriksen.

Planète hurlante, sorti en 1995, était un film de science-fiction de série B, adapté d’une nouvelle de Philip K. Dick, décidément source intarissable pour les scénaristes d’Hollywood, qui, à l’instar de Pitch Black cinq ans plus tard, avait su créer l’événement et susciter suffisamment d’intérêt pour devenir pratiquement culte. Une quinzaine d’années plus tard, une suite est donc mise en chantier, mais directement pour le marché de la vidéo, sans passer par la case grand écran. En visionnant le film, on comprend facilement pourquoi.

Un SOS est lancé de la planète Sirius 6B, la même sur laquelle les Hurleurs (désormais appelés Screamers, en respectant donc la VO, ce qui est bien regrettable) étaient nés et avaient exercé leurs ravages. Le contexte du premier long métrage est d’ailleurs rappelé à l’équipage du vaisseau envoyé pour porter secours aux derniers survivants humains. Le temps leur est compté, puisqu’une catastrophe d’origine stellaire doit toucher la planète dans moins d’une semaine, annihilant toute forme de vie à sa surface.

Les sauveteurs vont alors découvrir quelques noyaux d’humains, résistant tant bien que mal aux Hurleurs, et surtout de nouvelles variétés de ces derniers, capables de prendre l’apparence d’êtres humains, engendrant une forme hybride, mi mécanique, mi biologique. Dès lors, la suspicion va gagner une équipe ne cessant de se réduire en nombre, au fil des attaques subies…

Visuellement, déjà, Planète hurlante 2 se ressent de son budget limité. Les paysages extérieurs sont assez mornes, et les intérieurs ressemblent à n’importe quelle ancienne zone industrielle désaffectée. Les personnages sont également relativement transparents, n’ayant aucune épaisseur psychologique, à l’exception, modérée, de Victoria Bronte, fille du colonel s’étant sacrifiée à la fin du premier film.
Quant au scénario, il n’est fait que d’une succession de confrontations débouchant sur quelques scènes bien gore. La seule bonne idée, celle de l’évolution des Hurleurs, bien que non explicitée dans le détail, est toujours sur le fil du rasoir, à la limite du ridicule (la dernière image du film, avec ce bébé hybride, prête franchement à rire). Certaines scènes sont par ailleurs tellement grosses qu’elles perdent tout réalisme. Ainsi, alors qu’ils viennent d’être prévenus que des Hurleurs prennent désormais forme humaine, les Terriens, tombant dans le repère des survivants sur des prisonniers, n’ont de cesse de les libérer…

Le plus gênant, à mon sens, réside toutefois dans les trop nombreux emprunts faits à Alien. Outre la présence de Lance Henriksen, endossant le rôle de l’inventeur des Hurleurs (nés, rappelons-le, il y a 85 ans… autant pour la crédibilité du personnage), on trouve en effet un protagoniste tentant de ramener sur Terre les secrets de fabrication des machines tueuses, et une autre qui endosse le rôle d’une alter égo (au petit pied) de Ripley. Voilà donc un film parfaitement dispensable, sauf pour soirée pizzas spéciale nanars.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?