Accueil > TGBSF > I- > Interférences

Interférences

dimanche 12 novembre 2017, par von Bek

Connie WILLIS (1945-)

Etats-Unis, 2016, Crosstalk

Bragelonne, 2017, 522 p.

Bridget Flannigan, pure descendante d’Irlandais comme aime à le rappeler son envahissante grande-tante Oona, aspire à un peu plus d’intimité de la part de sa famille comme de ses collègues de travail de la société de téléphonie qui l’emploie. Et pour cause, elle est sur le point de commettre avec son petit ami et, pas du tout accessoirement, collègue une AEC. Sous ce sigle, qui doit être correctement explicité peut-être une fois dans le roman, se cache une opération chirurgicale destinée à permettre aux deux membres d’un couple de mettre en communication leurs émotions qui cessent donc d’être personnelles. Bien évidemment, le secret est éventé et devient un sujet de conversation plus important que les projets pour résister à la concurrence du nouvel iphone sur le point de sortir. Toute la boîte de Briddey est donc au courant et tous ne manquent pas de la féliciter. Tous sauf un, C. B. Schwarz, le petit génie du département Recherche qui travaille seul au sous-sol et qui, à l’instar cependant de tante Oona, cherche absolument à l’en dissuader. Bien en aurait pris Briddey de l’écouter, car l’opération accomplie, elle se retrouve capable de communiquer télépathiquement avec quelqu’un d’autre et, par malchance, ce n’est pas avec l’élu de son cœur. Et cela ne s’améliore pas ensuite...

Délaissant les histoires de voyages temporels qui ont fait son succès, Connie Willis livre avec Interférences une histoire de télépathie mais aussi de sentiments. Surtout de sentiments en fait, ce qui explique la couverture un peu romantique de l’édition française (pour ne pas dire plutôt franchement harlequinesque et pas moins laide que celle de l’édition originale en grand format). Rien de surprenant et je me permettrai de rappeler que l’auteur de Sans parler du chien a mis l’amour au cœur de nombre de ces récits, y compris son Grand Livre (1992) ou, plus récemment, son dyptique du Blitz. Le problème, c’est qu’elle le fait toujours de la même manière, mélange d’humour et de cécité naïve de la part de ses personnages qui ne voit pas l’évidence sous leurs yeux et dont la longue nouvelle « Infiltration » (2005), parue dans le recueil français Les Veilleurs, en constitue à mon avis la quintessence. Interférences ne change pas de recette et, au contraire, il en fait le ressort principal et la télépathie n’en est que l’argument. Cela rend tout très prévisible et, dès la fin du premier chapitre la conclusion sentimentale de l’œuvre se devine.

Cela ne gâche nullement un réel plaisir de lecture porté essentiellement par le sens de l’humour de l’auteur, mais dont il faut bien dire qu’elle se renouvelle peu. Les amateurs apprécieront mais ceux qui cherchent quelque chose de nouveau tout en connaissant déjà Connie Willis passeront leur chemin. D’autant que le roman est très léger, et pas seulement par son intrigue sentimentale. A la différence de Blitz qui fourmillait de détail, l’auteur ne s’est pas embarrassée ici. Ainsi, à aucun moment, il n’est possible de comprendre quelle est la nature du travail de l’héroïne, et il ne doit y avoir que une ou deux allusions à la ville dans laquelle se déroule l’action. C. B. Schwarz semble le seul employé du département Recherche d’une société qui conçoit des téléphones et aspire à concurrencer Apple. Bref, nonobstant son demi-millier de pages, Interférences a de fortes accointances avec les éditions Harlequin, et s’il est très distrayant, il est loin d’être « la réflexion salutaire sur la menace que les nouvelles technologies font peser sur la sphère émotionnelle » comme le clame le commentaire de Publishers Weekly que les éditions Bragelonne ont cru bon de mettre en quatrième de couverture.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?