Accueil > TGBSF > Q- > Quaillou

Quaillou

dimanche 25 février 2018, par Maestro

Sylvain LAMUR

France, 2017

Black Coat Press, coll. "Rivière blanche", série Blanche, 264 p.

Sylvain Lamur est un jeune auteur, qui a poli son style et son écriture à travers de multiples nouvelles, dont trois dans la série d’anthologies Dimension Merveilleux scientifique. Avec Quaillou, il signe un premier roman, à la fois distrayant et amusant.
Son héros, Quentin Quonnard (sic), parti dans l’espace pour négocier une affaire avec son associé, se retrouve finalement accidenté sur un astéroïde inconnu. Bien que son camarade soit mort au cours du naufrage, il finit par ressusciter. Il faut dire que l’astéroïde en question est vivant, et prend plaisir à exaucer les souhaits de Quonnard. Pour autant, ce dernier décide finalement d’honorer le rendez-vous initialement convenu, auquel il se rend avec plusieurs mois de retard. Manque de chance, son interlocuteur est du genre rancunier, et prend un malin plaisir à le mettre sur la paille. Séduisant sa secrétaire et maîtresse, puis sa femme, Quentin Quonnard se retrouve enrôlé dans un complot qui va malheureusement se retourner contre lui. Accusé de meurtre, mis en prison, il préparera sa vengeance, le hasard et l’entourage bien choisi compensant une forme de scoumoune congénitale.

On l’aura compris, cette histoire, intelligemment découpée en courts chapitres, est bourrée de rebondissements, Quonnard ayant surtout pour lui un sex appeal irrésistible, aux résultats salaces dignes de la série de Robert Merle Fortune de France. Quaillou, c’est un peu la transposition des contes de fées à l’échelle cosmique. On y trouve en effet un génie exauçant les vœux, le Sage au Fin Fond de l’univers qui, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes, répond à toutes vos questions, des nymphes et un méchant vraiment méchant. Le cadre de space opera, lui, n’est qu’une toile de fond qui n’est jamais véritablement développée. De bout en bout, le roman est plaisant, avec un esprit second degré ne se prenant jamais au sérieux, ce qui rapproche l’univers de Quaillou de celui du Guide du routard galactique de Douglas Adams, propice comme lui à générer une véritable série.

A déguster comme une bouteille de crémant, en savourant les bulles pétillantes qui se poussent les unes les autres, et l’euphorie sans prétention que le roman communique, en attendant peut-être de retrouver Quentin Quonnard dont la capacité de résilience semble toute puissante !


Pour commander Quaillou suivez le lien vers les éditions Black Coat Press !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?