Accueil > TGBSF > D- > Détruire Roma !

Détruire Roma !

La saga de Xavi El Valent, 3

dimanche 16 juin 2019, par Maestro

Boris (1990-2015) et François DARNAUDET (1959-), Gildas GIRODEAU (1953-) & Philippe WARD (1958-)

France, 2019

Black Coat Press, coll. "Rivière blanche", série Blanche, 222 p.

Dire qu’on l’attendait, ce troisième volet de la saga de fantasy historico-science-fictionnesque (ouf !) des trois mousquetaires de Rivière blanche (quatre, bien sûr, si l’on compte le regretté Boris Darnaudet, mort au combat du Verbe contre l’entropie), serait en-dessous de la réalité : le premier tome, Le Glaive de Justice, était sorti en 2011, et sa suite, De Barcelona à Montségur, en 2013 (l’ensemble ayant d’ailleurs été récemment réédité en un volume unique dans la collection Hélios).

Six ans, donc, et un plaisir intact à la lecture de ce nouvel épisode, une fois de plus découpé en trois parties distinctes et nominativement réparties entre les auteurs. Aux lendemains de la défaite des forces menées par le pape de la Dernière Nouvelle Foi (sic), la géopolitique de cette Europe médiévale de fantasy est en pleine recomposition. Tandis que le pape va chercher de l’aide chez les Teutoniks, découvrant qu’ils sont en réalité soumis à l’influence d’une liche se faisant passer pour l’archange Michel, les armées franques et leur charismatique sénéchal Laguerre vont s’efforcer de stopper la déferlante des troupes du sultan An-Nisâr. Quant à Xavi El Valent et ses proches compagnons, ils partent vers le Bugarag, où réside le maléfique sorcier Cal’Us, ravisseur de la belle Egyptienne Enrekthouès… mais également Agna, si proche de Xavi et pourtant si pleine de haine à son égard ! Parallèlement, Roma est le cadre d’un véritable coup d’Etat théocratique, et le pape noir, précédemment emprisonné et déchu de son pouvoir, mène une fuite susceptible de compliquer encore davantage une situation déjà chaotique. Cela conduit, dans la contribution de Gildas Girodeau, à une migration de l’action vers un front de l’est, cadre d’affrontements dantesques.

Si l’intrigue est globalement menée tambour battant, accordant une très large place aux femmes, la lecture de Détruire Roma ! est largement rehaussée par les diverses références à d’autres œuvres des littératures de l’imaginaire (d’Elric de Melniboné à l’Arabe fou de Lovecraft, en passant par les fameux hommes-lézards chers à l’histoire mystérieuse) et l’humour des auteurs. Citons ainsi les nombreuses private jokes, ciblant des figures du petit milieu de la SF française (ainsi d’un certain Koste, érudit lubrique capable d’ensorceler des jouvencelles) ou faisant se télescoper fantasy et actualité la plus contemporaine – le Merkelodon, chimère des Teutoniks, ou les promesses de dialogue social faites aux Tulpars, montures ailées du Sultan ! Plus que jamais, sans doute, avec la multiplication des personnages, des puissances et des enjeux, des recompositions d’alliances et des retournements de situations, la saga de Xavi El Valent apparaît comme un Game Of Thrones plus baroque que l’original.


Pour commander Détruire Roma ! 4 suivez le lien vers les éditions Black Coat Press !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?