Accueil > TGBSF > R- > Réjouissez-vous

Réjouissez-vous

dimanche 5 juillet 2020, par Maestro

Steven ERIKSON (1959-)

Canada, 2018, Rejoice, A Knife to the Heart

L’Atalante, coll. « La Dentelle du Cygne », 2019, 336 p., traduction de Patrick Couton.

Steven Erikson est un écrivain canadien à la bibliographie déjà riche (il est né en 1959), en particulier dans le domaine de la fantasy : son cycle intitulé Le Livre malazéen des glorieux défunts est actuellement en cours d’édition intégrale chez Leha. Réjouissez-vous, dont le sous-titre en français, Percé jusques au fonds du cœur, est tiré du Cid [1] de Corneille (en respectant l’orthographe originale), est à l’inverse un roman de science-fiction, une première semble-t-il pour l’auteur.

Le point de départ ressemble à une classique tentative d’abduction, à ceci près que la victime est une célèbre romancière de SF canadienne. La force extra-terrestre qui en est à l’origine initie ensuite un programme de grande envergure visant à sauver l’écosystème terrestre et toute la vie qu’il abrite. Des champs de force surgissent partout à travers le globe, préservant de nombreux espaces naturels, tandis que toute forme de violence envers autrui de la part des humains se voit systématiquement annulée. Miraculeusement, les maladies régressent, des sources d’énergie propres sont livrées dans le domaine public, tandis que faim et soif se voient satisfaites pour les populations les plus fragiles. Comme si cela ne suffisait pas, ces visiteurs anonymes entament en outre des programmes de terraformation visant Vénus et Mars.

Ces événements, nous les découvrons par le biais d’anonymes – Kolo, l’enfant soldat du Congo – ou de puissants – les présidents chinois, russe ou américain. Réjouissez-vous est bien sûr un hommage amusé à la science-fiction, grâce étant rendu à Iain Banks pour son optimisme cosmique, tandis que Robert J. Sawyer figure parmi les personnages du livre ! Quant à Samantha (une projection déformée de l’auteur ?), c’est elle et personne d’autre qui a été sélectionnée pour assurer l’interface entre humain et ET. On croise même les désormais mythiques petits gris…

Néanmoins, si le roman imagine une solution radicale à la crise climatique que nous vivons, avec tout le questionnement que cela implique sur la déresponsabilisation de notre espèce et sur la nature de la liberté, il souffre d’un certain nombre de longueurs et de temps morts, du fait d’échanges très didactiques entre Samantha et l’IA extra-terrestre. L’essentiel du roman est d’ailleurs composé de dialogues, de réflexions diverses, visant avant tout les secrets des gouvernants ainsi que le capitalisme et son essence jugée négative, celle d’une compétition contre-productive et mortifère (ses acteurs principaux sont même qualifiés de sociopathes !).

L’objectif des ET est donc de provoquer un basculement moral de notre espèce, vers une forme de solidarité collective, de tolérance mutuelle, de partage libre des connaissances, de maturité civilisationnelle en somme, ouvrant la voie à une réactivation du rêve spatial. On saisit bien tout ce que ce livre a d’actuel, dans son deus ex machina permettant une révolution capable de répondre aux crises écologiques. Mais au fil de la lecture, l’impression dominante est celle d’un entre-deux inconfortable et peu convaincant : ni vraiment roman, ni vraiment essai, Réjouissez-vous ne tranche malheureusement pas entre ces deux options délicates à concilier.


[1Acte I, scène 6.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?