Accueil > Téléwagoo > Séries télé > Une série, une chronique > MUTANT X

MUTANT X

vendredi 1er octobre 2004, par Francesco, le mage Kélé

Avi ARAD (1948-)

Etats-Unis, 2001-2004

John Shea, Victoria Pratt

Pourquoi cette série ne réussit pas à être aussi nulle que Code Eternity ?

Ce n’est pas dans les habitudes de Wagoo de se pencher sur les séries mais on aurait sûrement à y gagner. Les productions actuelles telles que X-Files, Buffy contre les vampires ou Smallville sont souvent de bons divertissements en plus de populariser le fantastique. Les vraies innovations se font rares (X-Files et Buffy ne sont tout compte fait que d’admirables recyclages) mais les intrigues sont bien ficelées, les effets spéciaux et les réalisations à la hauteur, et les acteurs savent à peu près jouer.

A côté de ça, il existe quelques trucs plutôt honteux. Comme ce Mutant X, tentative d’adaptation d’un comics (que je ne lis pas mais là n’est pas le problème). Tout semble être organisé pour atteindre la nullité maximale. L’intrigue, d’abord : des mutants gentils, dirigés par l’un de leurs créateurs repenti, s’opposent à l’un des autres créateurs, qui dit vouloir les détruire mais veut en fait s’en servir pour faire un truc du genre conquérir le monde.

On a parfois de très bons résultats avec une intrigue aussi mince mais le reste du décorum n’aide pas à les obtenir. Les acteurs, belles gueules mais aucun talent pour la comédie, évoluent dans des non-décors très grands et très vides. Stop ! A la place d’" évoluent ", il fallait lire : " prennent des poses improbables ". On pourrait penser qu’il s’agit d’un effet voulant rappeler que le fonds de l’histoire vient de la BD. Mais la caméra elle-même est apathique. Le montage fait se succéder de longs plans fixes, qui renforcent le côté statique des personnages (bon, d’accord, il y a parfois de l’action - il arrive aux héros de courir - mise en scène avec des ralentis). Débitant des dialogues creux, les acteurs parlent les yeux dans le vide et tentent de se persuader que ce qu’ils racontent est important. Ils échangent aussi de nombreux regards qui en disent long (afin de faire du spectateur un complice ; mais celui-ci vient de changer de chaîne). Parmi eux, on retrouve John Shea, qu’on avait perdu de vue depuis son interprétation de Lex Luthor dans Lois et Clark, les nouvelles aventures de Superman. Maintenant, on sait pourquoi on ne le voyait plus.

On en arrive aux effets spéciaux. Ils sont plutôt du genre " Kisvoi ", avec des paysages infographiques et un jet du même métal qui ont du mal à se faire discret, d’autant que, comme on l’a remarqué plus haut, le réalisateur tourne sous antidépresseurs. Et pourtant ! Pourtant, malgré tous ses efforts, Mutant X n’arrive pas à la cheville de Code Eternity, cette autre série américaine minimaliste. Comment font-ils ? Il y a bien ces mêmes acteurs mauvais interprétant des personnages caricaturaux dans des histoires répétitives. Le regard pénétrant de Cameron Bancroft, qui joue le héros, est stupéfiant d’inexpressivité. Et pour les scènes d’action, ils ont débauché le Français Olivier Gruner de ses séries B direct-to-video. Il y a bien aussi ces mêmes décors faussement high-tech et désespérément vides. Mais il manque à Mutant X les effets sonores accompagnant l’apparition du seul personnage intéressant de Code Eternity : Monsieur Dent, effets sonores qui donnent vraiment au spectateur l’impression qu’il est idiot au point de ne pas s’apercevoir avec ses seuls yeux que le bonhomme à est à l’écran. Entendons-nous bien, si j’ose dire : il ne s’agit pas d’un bruitage comme les articulations de RoboCop mais bien d’une espèce de jingle annonçant la présence de ce robot. Donc, pour faire plus fort, Mutant X va devoir attribuer des pouët et des badaboum à chacun de ses personnages. Si jamais ils le font, envoyez-moi un e-mail. Parce que je n’ai pas l’intention de continuer à regarder ça.

PS : De la même façon que le manoir Luthor de Smallville rappelle celui de la société secrète de Poltergeist, à chaque fois qu’on passe chez les méchants dans Mutant X, on a droit à un paysage qui ressemble furieusement au Centre du Caméléon. C’est peut-être un hasard, une illusion. Mais si c’est bien le cas, merci de me le confirmer.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?