Accueil > CINECSTASY > Q > LA QUATRIEME DIMENSION

LA QUATRIEME DIMENSION

mercredi 17 octobre 2001, par von Bek

John LANDIS, Steven SPIELBERG, Joe DANTE, George MILLER

États-Unis, 1983, Twilight Zone : The Movie

Dan Aykroyd, Vic Morrow, John Lithgow

Diffusée aux États-Unis de 1959 à 1965 et connue en France en partie grâce à Temps X des frères Bogdanoff, La quatrième dimension fait figure de série culte de la S.F. Suffisamment pour qu’en 1983, John Landis et trois réalisateurs en pleine ascension du succès entreprennent de lui rendre hommage sur le grand écran, inaugurant une pratique qui connaît son développement à la fin du siècle. Comme toujours dans un tel cas et avec des noms aussi célèbres comme maîtres d’oeuvre, le problème réside dans la combinaison entre la créativité des réalisateurs et la fidélité à l’esprit de la série. Or Rod Serling, père de la série, n’est pas à l’origine des 4 segments du film qui sont davantage à attribuer à Richard Matheson et en porte bien sa marque.

Rappelons le concept : la quatrième dimension est une dimension dans laquelle une personne bascule de manière totalement inexpliquée et à un moment imprévu. Dans cet espace, les règles de notre réalité sont abolies, malgré un semblant de réalité. Précisons que les événements qui y surviennent ont généralement un rapport avec l’activité, la vie ou le caractère du personnage avant son entrée.

A John Landis revient l’ouverture qui tient plus du film d’horreur que d’autres choses, et le 1er segment qui respecte assez bien le concept de la Twilight Zone et pour cause, puisque une histoire de Rod Serling en est la source. Elle met en scène un personnage détestable, aigri contre la société, qui retrouve des amis dans un bar et y tient des propos racistes et antisémites. Lorsque l’individu sort, c’est pour se retrouver dans la France occupée, traqué comme un juif. Outre que ce segment trahit la vision erronée du réalisateur sur cette période, on peut aussi lui reprocher sa trop courte durée et sa construction : la poursuite fait basculer le fugitif dans le Sud profond du Ku Klux Klan puis dans les marais du Vietnam avant de retomber dans les griffes nazies.

Point n’est besoin d’être un génie pour deviner que Steven Spielberg a réalisé le 2e segment. La leçon de l’adulte, ce grand-enfant qui a trop vite vieilli et le regrette, permet d’identifier l’auteur.

A mon sens, le troisième segment, malgré sa fin, correspond un peu plus à ce que l’on pouvait attendre dans un tel film. Il est l’oeuvre de Joe Dante qui n’a pas manqué d’y faire figurer Dick Miller, l’un de ses acteurs fétiches (Gremlins, Explorers...). Une institutrice en vadrouille et trouvant sa vie monotone rencontre un petit garçon qui l’emmène chez lui et qui se révèle doté de pouvoir fabuleux et complétement dépourvu d’éducation. Comme dans la série, l’angoisse sourd du récit même si l’aspect horrifique et cartoonesque nuit un peu .

Enfin, à George Miller revient de conclure avec un récit où John Lithgow incarne un personnage angoissé lors d’un vol de nuit en pleine tempête. Qu’il y ait un monstre sur l’aile en train de démantibuler les réacteurs n’arrange pas l’état d’agitation du passager, surtout s’il est le seul à le voir.

La quatrième dimension aurait dû prévenir les réalisateurs d’Hollywood sur la difficulté de restituer sur grand écran l’esprit d’un série de la lucarne dont on est pas l’auteur... Difficulté on ne peut plus réelle si l’on tien compte des ratages récent que sont des films tels que Chapeau melon et bottes de cuir ou Les mystères de l’Ouest. La quatrième dimension se laisse regarder mais, sorti du générique et de la voix off, le spectateur ne replonge guère dans la série. En fait, ce film préfigure bien davantage les Histoires merveilleuses, initiées par Steven Spielberg deux ans après.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?