Accueil > CINECSTASY > C > La Croisade des assassins

La Croisade des assassins

dimanche 7 juillet 2019, par Maestro

Pierre BARBET (1925-1995)

France, 1986

Fleuve Noir, coll. "Anticipation", 192 p.

Cette nouvelle aventure de Setni permet de dissiper un malentendu nourri par la couverture : cet épisode est en effet présenté comme le septième du cycle de « Setni, enquêteur temporel », alors que le tome précédent, Carthage sera détruite, datait de 1984. Entre les deux, rien, sinon des expéditions spatiales de Setni, replacées a posteriori dans le cycle alors qu’elles s’apparentent davantage à celles d’une patrouille de l’espace qu’à La Patrouille du temps. On se demande qui a bien pu avoir cette idée saugrenue de repositionner de la sorte les aventures de Setni, le personnage archétypal de Pierre Barbet…

Toujours est-il qu’avec La Croisade des assassins, l’auteur revient à une période qu’il affectionne, celle des croisades, et qui lui avait valu son chef d’œuvre, L’Empire du Baphomet, qui eut les honneurs d’une traduction américaine. Mais là où ce dernier se situait à la fin des Etats latins d’Orient, La Croisade des assassins se penche sur la première expédition franque en territoire turc, à la fin du XIe siècle. Le vol d’armement de pointe, à la fin du XXe siècle, par des musulmans du Moyen-Âge sous la direction d’un chevalier chrétien lance Setni sur la piste d’une nouvelle manipulation de l’histoire. Endossant l’identité d’un petit seigneur, il s’insère dans l’entourage de Bohémond de Hauteville (dit aussi de Tarente), parvenant à gagner sa confiance. Sur la route de Jérusalem, il découvre que son protecteur a noué un pacte avec le chef de la secte des célèbres hachichins, qui lui procure des armes de destruction massive en échange d’un partage du pouvoir Orient / Occident.

C’est avec l’assaut contre Lattiquié et les ambitions de Bohémond sur Constantinople que l’histoire bascule. Tout au long du roman, transparaît le solide travail de recherche historique effectué par Pierre Barbet, aussi bien pour le contexte géopolitique, le déroulement des batailles ou le vocabulaire. Ce qui peut poser problème, toutefois, c’est la tendance de Setni à mettre à profit les ressources de sa technologie pour se faire bien voir de ses camarades de combat, sans que cela ne semble éveiller plus que de mesure des soupçons de commerce avec le diable… sans oublier un machisme certain de la part de cet homme à femmes ! Toutefois, l’aspect le plus frustrant de La Croisade des assassins réside dans l’équilibre de l’intrigue. Ce n’est en effet que tardivement que Setni parvient à comprendre le fin mot de l’histoire, et sa confrontation avec le Vieux de la montagne, chef de la secte des hachichins manque de sens dramatique, ce dernier s’avérant même décevant dans sa simplicité et son manque de caractère affirmé.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?