Accueil > CINECSTASY > E > L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE

La guerre des étoiles, épisode V

L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE

Some like it Hoth ?

mercredi 4 mai 2005, par Max Rebo

Irvin KERSHNER (1923-2010)

Etats-Unis, 1980, The Empire Strikes Back

Mark Hamil (Luke Skywalker), Harrison Ford (Han Solo), Carrie Fisher (Leia Organa), Billy Dee Williams (Lando Calrissian), Anthony Daniels (C3PO), Kenny Baker (R2D2), Peter Mayhew (Chewbacca), Alec Guinness (Obiwan Kenobi), Jeremy Bulloch (Boba Feet) & David Prowse (Darth Vader)

Toujours difficile est la tâche de réaliser une suite. Rare sont les suites qui répondent aux attentes du public et rares sont celles qui ont connues un succès au moins aussi grand que leur ainé. En 1977, le monde du cinéma à connu une révolution en découvrant Star Wars (pas encore épisode IV Un nouvel espoir) mais peu de monde aurai parié sur le succès d’une improbable suite de cet opus intergalactique. L’Empire n’est pas réellement une suite, c’est le chapitre 2 (ou plutôt 5) entrant dans la continuité totale d’une histoire qui est une grande saga du cinéma moderne. C’est l’esprit de George Lucas qui depuis le début a imaginé cette histoire magique et féerique qui va puiser son inspiration dans de nombreuses cultures modernes et antiques (Cinéma, littérature, folklore, mythologie).

Il y a bien longtemps dans une lointaine galaxie, environ 5 années après la destruction de l’étoile noire, point d’orgue de la bataille de Yavin, l’Empire galactique mène une recherche sans répit de tous les sites rebelles. L’Empire est décidé à mettre fin à ce contre pouvoir qui refuse de se soumettre à ses règles. La base principale rebelle se trouve sur Hoth, la planète des glaces, Han Solo, le capitaine contrebandier correllien est sur le point de se séparer de ses amis car il doit payer ses dettes. Un droïde de recherche va contrecarrer ses projets : il signifie l’invasion de Hoth par les forces impériales. Le reste de l’histoire est à décrouvrir par vous-même c’est un enchaînement d’évènements vécus par tous les protagonistes...tout en étant séparés en plusieurs groupes.

Les fans de la première heure attendaient quelque chose de spectaculaire, ils ont été servis avec ce deuxième opus. Les moyens financiers sont là et cela se voit à l’écran. George Lucas ayant été l’un des premiers cinéastes à parier sur le merchandising, cela lui a apporté beaucoup d’argent qu’il a pu ainsi réinvestir pour le film mais aussi pour gagner son indépendance cinématographique (il a créé le Skywalker Ranch d’où il peut contrôler l’intégralité de ses créations).

Le film est à la fois spectaculaire et possède une histoire très riche (avec notamment beaucoup de révélations importantes à la fin). Il est la charnière d’une trilogie qui est devenue mythique. Néanmoins, la première fois que l’on voit L’Empire, on reste un peu sur sa faim. Le film est un aller retour incessant entre les deux groupes, il se finit en queue de poisson... C’est avec le recul (et surtout en voyant Le retour du Jedi) que l’on prend toute la dimension de ce n°V. Il est empli d’une gravité et d’un côté noir que l’on ne retrouve pas dans les autres (peut-être dans le n° III à venir) ce qui fait de lui le film le plus ambiguë et riche de cette trilogie initiale. Si Un nouvel espoir était l’épisode fondateur, L’Empire contre-attaque est certainement la clé de voûte du système. Un chef d’œuvre dirigé par Irvin Kershner connu pour ses réalisations de James Bond. En effet, George Lucas ayant mal vécu la réalisation de l’épisode IV, il a préféré laisser à d’autres cette lourde tâche pour se consacrer à la production.

Ce qui rend si attirant cette série de films c’est la documentation énorme et la description précise à l’extrême du monde qui entoure les personnages. Chaque créature, chaque lieu, chaque personnage possède un nom, une histoire, une vie. Cela ne parait pas toujours à l’écran mais cela donne une consistance incomparable aux films. Peter Jackson s’est certainement inspiré de ces méthodes de travail pour réaliser Le seigneur des Anneaux (Les Deux Tours font penser à L’Empire dans sa construction narrative à plusieurs groupes) et il en a inspiré beaucoup d’autres. Néanmoins, il faut absolument garder à l’esprit que ce film fait partie d’une trilogie et qu’il n’est rien sans ses frères. Il reste pour moi le plus abouti même si je n’apparais que dans sa suite....

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?