Accueil > CINECSTASY > A > ARACHNID

ARACHNID

mercredi 21 juillet 2004, par Maestro

Jack SHOLDER (1945-)

Espagne, 2001

Chris Potter, Alex Reid, José Sancho, Neus Asensi

Dans la catégorie des films mettant en scène l’invasion de créatures animales surdimensionnées, ceux qui ont des araignées pour héroïnes sont sans doute, et les plus nombreux, et les plus porteurs d’une dimension horrifique liée à la phobie de ces insectes. Citons simplement Tarantula, L’invasion des araignées géantes, Les monstres attaquent la ville et le nouveau film produit par Emmerich, Arrack Attak. Ne soyons donc pas surpris si Brian Yuzna, désormais responsable de Fantastic Factory, une petite maison de production spécialisée dans les séries B, met à l’honneur, après Lovecraft dans Dagon, cet animal générateur de répulsion. Aux manettes, un vieux routier du genre, puisque Jack Sholder a déjà réalisé La revanche de Freddy et Wishmaster 2. L’histoire pourrait se résumer par la formule The Thing versus Predator : c’est en effet à la suite d’un crash entre un avion de chasse et un vaisseau extra-terrestre qu’une île de l’archipel des Célèbes va voir son équilibre naturel perturbé par toute une série de mutations animales, dont la plus impressionnante est l’apparition d’une araignée géante. Une expédition scientifique s’y retrouve confrontée, et face à sa décimation progressive dans la jungle, va devoir tout faire pour survivre et anéantir cette menace...

On le voit, le scénario ne brille pas particulièrement par son originalité. De même, la composition de l’équipe répond à des poncifs attendus : un docteur autoritaire et son assistante pulpeuse ; une pilote d’avion qui recherche son frère victime du crash ; un spécialiste des arachnides, véritable caricature d’intellectuel ; et un mercenaire séduit par la pilote, accompagné de durs à cuire, sans oublier des guides indigènes. Avec les relations de plus en plus proches du pilote et du mercenaire, et les tensions qui apparaisent très (trop) rapidement au sein de l’expédition, tout est fait pour attacher le spectateur à ce couple en devenir qui parviendra à triompher de la créature, tout particulièrement l’aviatrice, Lara Croft du pauvre. Avec des moyens limités, Sholder est en tout cas parvenu à livrer une série B d’une relative qualité formelle, avec quelques scènes gore du plus bel effet ! Par contre, les effets spéciaux souffrent d’une certaine maladresse, et atteignent fréquemment le stade du ridicule, sans compter les incohérences traditionnelles, propres à ce type de films (l’assistante qui sort de son abri en croyant naïvement que l’araignée est tranquillement repartie, ou les héros qui provoquent comme à dessein le danger). Arachnid est donc un film sans véritable apport novateur, d’un intérêt plus que limité, en dehors des fanas absolus du genre...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?