Accueil > TGBSF > C- > Continents perdus

Continents perdus

samedi 11 novembre 2006, par Maestro

Anthologiste : Thomas DAY (1971-)

Denoël, collection "Lunes d’encre", 2005, 448 pages

Cette anthologie, concoctée par le talentueux et incisif Thomas Day (souvenons-nous de son gouleyant Instinct de l’équarisseur), est en fait une sélection de nouvelles anglo-saxonnes ayant toutes en commun la thématique assez large du voyage. « Le Prométhée invalide », signé Walter Jon Williams, est une uchronie basée sur la figure de Lord Byron : dépourvu de l’infirmité dont soufrait celui de notre réalité, il est devenu un brillant chef militaire, vainqueur de Napoléon, qui va toutefois connaître une assez rapide déchéance. L’intrigue repose quasi exclusivement sur les échanges entre ce dernier et le couple Shelley, ayant comme thèmes la morale, la guerre ou la littérature. On découvre finalement, malgré un contexte de création différent, la genèse de Frankenstein ou le Prométhée moderne, Williams semblant faire sienne la thèse selon laquelle la personnalité profonde prime sur l’environnement.

« Tirkiluk », de Ian R. MacLeod, l’auteur des Iles du soleil, place son action en pleine Seconde Guerre mondiale, au Groënland. Un jeune officier scientifique vient prendre en charge une station météorologique pour plusieurs mois, et rencontre les Inuits locaux, avant de se retrouver isolé avec l’une d’entre eux, bannie de la tribu... Même si le procédé du journal, efficace, perd de sa crédibilité au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue, on est vite conquis par le charme atmosphérique qui se dégage de ce récit, baigné de mythologie inuit, profondément poétique, et son dénouement, qui résonne comme une métaphore de la nature reprenant ses droits sur l’homme, possède une actualité certaine et troublante...

Michael Bishop, pour sa part, avec « Apartheid, Supercordes et Mordecai Thubana », s’intéresse à l’Afrique du sud de la fin des années 80, au crépuscule de l’apartheid. Sous couvert de fantastique justifié par une pseudo théorie scientifique touchant à la définition même de la matière, il met en scène un Afrikaner qui, suite à la rencontre avec un noir intelligent et tolérant, et ses déboires avec la police blanche, sera amené à remettre en cause ses certitudes pour prendre le partie de la majorité contre la minorité privilégiée et oppressive. Bien que ce texte ait désormais pris un coup de vieux, il n’en conserve pas moins, en dépit de certaines longueurs, un caractère instructif.

Le célèbre Lucius Shepard, quant à lui, évoque dans « Le train noir » la découverte par des clochards, SDF et autres vagabonds du rail, d’un monde parallèle auquel on ne peut parvenir qu’en empruntant des trains vivants. Bien que sa problématique sous jacente, la nécessité du voyage sous toutes ses formes au cours d’une vie sous peine de s’enkyster, soit assez classique, son sens de la narration rend la lecture constamment prenante, avec la succession d’épreuves et de rencontres fantasmagoriques, qui ne sera pas sans évoquer à certains la réussite du Talisman de Stephen King et Peter Straub.

Enfin, « Le Pays invaincu. Histoire d’une vie », de Geoff Ryman, est une très belle interprétation onirique de l’histoire du Cambodge, de l’après Seconde Guerre mondiale jusqu’au génocide perpétré par les khmers rouges dans les années 70. En suivant le sort tragique de Troisième, une paysanne qui voit disparaître sa famille, son futur mari et même son corbeau domestique, on ressent tous les malheurs vécus par les Cambodgiens durant ces terribles décennies, avec des images poétiques qui ne sont pas sans évoquer un Boris Vian (les maisons vivantes et mobiles, les créatures générées par Troisième dans on organisme pour survivre, etc...). Une belle réussite qui conclut une anthologie légèrement disparate dans les thèmes, mais de très bon niveau.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?