Accueil > TGBSF > Passage au livre numérique

Passage au livre numérique

mercredi 27 mars 2013

Arrive un moment où il vaut mieux essayer. Quand l’encombrement produit par des achats compulsifs menace, le livre numérique devient une alternative qui n’a pas que pour intérêt d’alléger le sac dans les transports en commun ! Il soulage aussi les rayonnages de la bibliothèque et la table de nuit.

Cela m’a donné l’occasion de m’intéresser d’avantage aux éditions en format numérique... et de constater avec une vive déception que tous les éditeurs ne jouent pas le jeu.

Il y a ceux, comme Bragelonne, le Bélial’ ou Les Moutons électriques, qui, outre des opérations ponctuelles de braderie massive, pratiquent une politique de prix offrant une différence substantielle entre le grand format papier et le format numérique et même entre celui-ci et le format poche (Milady) existe une différence de prix intéressante le plus souvent. Bien sûr tous rusent un peu en ne publiant pas les deux formats en même temps ou en choisissant de ne pas publier l’ensemble de leur catalogue. En cela la pratique ne différe pas tellement de celle du passage du grand format au format poche.

Il ya ceux qui ne sont pas mis au livre numérique. Ce qui ne signifie pas qu’il ne s’y mettront jamais.

Et puis il y a ceux qui, s’y étant mis, pratiquent des différences de prix pas très importantes entre grand format papier et numérique. Voire qui vendent même le format numérique deux fois plus cher que le format poche ! Je pense notamment aux éditions du Dôme de Stephen King, un livre en deux volumes qui me faisait bien envie, ou à son récent 22/11/63 dont le prix de 24,60 € (avec 5% de réduction) en édition papier est de 17,99 € en édition Kindle numérique.

On me dira que 25% de réduction sur un livre, c’est quand même super, d’autant que la loi de 1981 sur le prix des livres n’avait pas anticipé le numérique (qui l’aurait fait à l’époque ?). On me dira qu’il faut aussi payer le traducteur, la numérisation et qu’il faut bien que les gens vivent, quoiqu’en ai pensé Talleyrand. C’est pas faux...

Mais il ne faudra pas s’étonner si une proportion croissante, qui sera de moins en moins marginale, de lecteurs se rabattera sur la lecture en anglais. Pis, ils pourraient se rabattre sur le piratage à leur risque et péril.

Mon coup de gueule n’a pas pour objectif d’alimenter ici un débat qui se livre déjà sur d’autres forums. Il avait pour objectif premier d’expliquer pourquoi dans mes fiches de lectures allaient figurer davantage de livres des éditions Bragelonne-Milady, des éditeurs qui jouent le jeu.

Mieux vaut prévenir que guérir.

von Bek.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?