Accueil > TGBSF > I- > Involution

Involution

samedi 8 mars 2014, par Maestro

Johan HELIOT (1970-)

France, 2014

J’Ai Lu, coll. "Nouveaux Millénaires", 192 p.

ISBN : 978-2-290-06003-2

Sans doute légitimé par le succès de son roman Création, le premier à paraître chez « Nouveaux millénaires », Johan Heliot signe un nouveau livre, dans un format similaire, loin des proses gonflées à la testostérone, mais tracé au cordeau ; reste tout de même pour le lecteur, en dépit de l’efficacité certaine de l’intrigue, une relative frustration, du même type que pour Françatome chez Mnémos.

Dans un futur à peine plus éloigné que pour Création (autour de 2030), nous suivons les pérégrinations d’un couple en crise. Vincent, cadre dans l’informatique, a trompé sa femme, générant une rupture qu’il souhaite tant bien que mal essayer de cicatriser, d’autant que sa fille adolescente, Angie, est au centre de la tourmente. Cette dernière, restée avec sa mère Chloé, vit désormais au Brésil. Chloé, qui a élaboré un procédé permettant de traverser l’écorce terrestre à l’aide d’ondes destructrices, est en effet entrée au service de l’entreprise Forea, afin de lui permettre l’exploitation de gisements ultraprofonds de matières premières (d’autant que dans Involution, l’hypothèse d’un pétrole d’origine non biologique mais sismique est validée). Pendant que son expédition, qui doit battre le record soviétique de 1989 (à Kola, jusqu’à 12 km de profondeur), est lancée, Vincent, embauché par Globos, concurrent montant de Google, doit assurer la sécurité d’Angie. Des bouleversements dans les champs magnétiques conduisent en effet à des dérèglements croissants à la surface terrestre, jusqu’à ce qu’une forme de vie inconnue émerge des profondeurs…

Avec Involution, Johan Heliot confirme son goût pour la hard SF, déjà sensible dans Création, et si le propos n’est pas aussi approfondi et ample que celui d’un Stephen Baxter, les passages vulgarisateurs sur la structure interne de la Terre, son bouclier magnétique ou les rayonnements cosmiques sont très accessibles et fort intéressants pour les esprits curieux. Le cadre, celui d’un Brésil émergent se rapprochant de plus en plus des pays développés, est sympathique (bien que la couverture soit plutôt ratée), même si tous les clichés ne sont pas évités (les belles femmes, le cadre de vie paradisiaque). De même, la multiplication des drones, qui assurent une sécurité croissante, servant surtout aux privilégiés et aux dominants, n’est pas suffisamment interrogée de manière critique. Passé la moitié du roman, l’action s’accélère, au point d’apparaître parfois davantage comme un synopsis, d’autant que la focale est quasi exclusivement tournée sur Sao Paulo…

Mêlant The Core et des problématiques guère si éloignées du cycle de Robert Charles Wilson (l’introductif Spin, surtout) ou de Alaistair Reynolds (Cycle des Inhibiteurs), en un hommage-prolongement de textes anciens comme « Quand la Terre hurla » (une aventure du professeur Challenger de Conan Doyle), Involution est un roman séduisant, mais qui laisse indubitablement le lecteur sur sa faim, en raison des nombreux questionnements qui subsistent sur l’Expansion, l’Unification et les Initiateurs. Reste un tableau d’une histoire de l’univers profondément matérialiste, mais au sein de laquelle l’humanité n’est qu’un détail, approfondissement d’une des problématiques majeures de la science-fiction depuis au moins la seconde moitié du XIXe siècle, ouvrant sur le grouillement de vies autres et parfois supérieures à la nôtre…

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?