Accueil > TGBSF > M- > Mausolée

Mausolée

dimanche 19 juin 2016, par Maestro

Antoine TRACQUI

France, 2015

Critic, coll. "Thriller", 944 p.

Deux ans après Point Zéro, roman fleuve avec lequel Antoine Tracqui réalisait une entrée fracassante sur la scène des littératures de l’imaginaire, voici donc sa suite, dans laquelle on retrouve les mêmes personnages auxquels on s’était précédemment attachés. Et pourtant, Caleb McKay est, au début du livre, parvenu aux portes de la mort : atteint d’un cancer incurable suite aux événements survenus en Géorgie du sud, il accepte finalement la proposition du milliardaire excentrique Kjölsrud, profitant, à l’instar d’une maigre cohorte d’happy few, d’un traitement de longévité. Il peut dès lors, en compagnie de ses fidèles amis One Shot, Gretchen et Joshua, collaborer une fois encore avec les équipes de la K2.

Cette fois, Mausolée prend justement à bras le corps la question de l’immortalité. Le dit traitement, dont profitent également largement Kjölsrud et l’inénarrable Poppy, est en effet sur le point de s’épuiser, faute de matière première suffisante. Issu de fleurs rarissimes, le produit miracle est peut-être sur le point de bénéficier d’une nouvelle source. La K2, assistée par des spécialistes de République populaire de Chine, est en effet sur la trace du mausolée du Premier Empereur, Qin Shi Huangdi, qui aurait lui aussi bénéficié de cette panacée. Un personnage démesuré, dans tous les sens du terme, qui convient parfaitement aux voraces appétits littéraires d’Antoine Tracqui. Son mausolée suscite en lui-même le trouble, puisqu’un mystère plane encore sur la chambre funéraire, que le gouvernement chinois refuse d’ouvrir avant un progrès jugé suffisant des techniques de fouille. Mais cela ne pouvait suffire à l’auteur, qui fusionne archéologie mystérieuse et récentes théories sur la découverte de l’Amérique par la Chine (voir l’ouvrage contesté 1421, l’année où la Chine a découvert l’Amérique), pour un résultat particulièrement démentiel.

A la place des Russes, ce sont désormais les Coréens du nord qui jouent le rôle des méchants. Mais là encore, Antoine Tracqui apprécie le bigger than life : l’actuel dirigeant n’étant pas assez psychopathe, le voilà qui en imagine un nouveau. Le Premier Sujet est un véritable dément, persuadé qu’il est la réincarnation de Qin Shi Huangdi : il gouverne son peuple sans aucun sentiment, et équipe ses fidèles de colliers d’asservissement avec lesquels il peut les tuer selon ses désirs. Non content d’imaginer un tel individu, que la menace d’une conflagration générale n’effraie pas le moins du monde, Antoine Tracqui lui ajoute un frère, guerrier d’élite lui aussi totalement givré. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que Mausolée s’ouvre, dans sa première partie, par un attentat particulièrement dantesque ! La suite ne décevra pas, tant le suspense et l’action se combineront, sans pour autant que le déroulement des événements ne puisse être totalement anticipé : l’auteur est suffisamment malin pour ménager des surprises, avec une rouerie et un savoir-faire franchement remarquables.

Une fois encore, Antoine Tracqui voit grand, jusqu’au déclenchement d’une possible Troisième Guerre mondiale, et son roman fourmille d’avancées technologiques -ici sur l’intelligence artificielle, tout particulièrement- et de données techniques sur les appareils et les armements utilisés, au point parfois de lasser le lecteur par une érudition pointue heureusement concentrée dans les notes de bas de page… Il va même jusqu’à faire de Meng Tian, bras droit du Premier Empereur, un prédécesseur de Léonard de Vinci, inventeur entre autres de l’ancêtre du phonographe ! Plus gênant, pour les besoins de son intrigue, Antoine Tracqui a tendance à appréhender la Chine comme une puissance fragile, en particulier sur le plan militaire, ce qui, avouons-le, peine à convaincre. Il n’empêche, ce mélange pratiqué entre Indiana Jones et Die Hard fonctionne extrêmement bien.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?