Accueil > CINECSTASY > M > MALEFIQUE

MALEFIQUE

dimanche 19 mars 2017, par admin, von Bek

Robert STROMBERG

Etats-Unis, 2014, Maleficent

Angelina Jolie, Elle Fanning, Sharlto Copley, Sam Riley

Le temps est à la relecture (une variante intelligente (parfois) du remake). C’est le tour de La Belle aux bois dormants réécrit du point de vue de la sorcière devenue fée pour les besoins de la morale, même si une fée baptisée Maléfique, cela dénote d’un manque complet de jugeote et de connotation de la part des parents [1].

La jeune Maléfique vit dans la lande, un pays sans roi ni président - de quoi faire rêver n’importe quel anarchiste - dont elle s’est posée en protectrice face notamment aux déprédations du royaume voisin peuplé par des humains et gouverné par un roi jaloux des richesses landaises. Orpheline, Maléfique se sent un peu seule jusqu’à ce qu’un jeune garçon se fasse capturer en train de voler des pierres précieuses. De ce fait divers naît une amitié puis, le temps aidant et les enfants grandissant, un amour que l’ambition avide du jeune Stéphane vient briser : pour hériter du trône royal, il trompe Maléfique et lui coupe les ailes qu’il rapporte comme trophée. Mutilée, dévastée, la fée ne pense qu’à se venge et s’arroge le trône de la lande. Quand Stéphane fait baptiser sa fille, Aurore, elle s’invite à la cérémonie et lui promet un funeste destin que l’on connaît bien au jour de ses 16 ans. Stéphane tente de protéger son enfant en la confiant à trois fées peu compétentes pour la tâche. Aurore grandit donc dans la forêt, mais Maléfique ne la perd pas de vue, au point de s’y attacher et de regretter sa malédiction que rien ne peut hélas briser, tandis que le roi Stéphane est plus obnubilé par la fée-sorcière que par ses responsabilités.

Les studios Disney ont fait preuve ici d’une audace dont ils ne sont plus coutumiers depuis les fiascos des années 70-80. Cela ne leur ressemble guère de transformer une méchante


[1C’est vrai quoi, va-t-on baptiser un enfant Nutella ?

Un message, un commentaire ?